Fresque des élèves de CE1-CE2 pour célébrer le «Vivre Ensemble»

Publié le : 15 avril 2019

Réalisation d’une fresque dans l’école : rencontre avec un artiste

Les élèves de CE1-CE2 ont réalisé une fresque murale dans la cour de l’école.

Les élèves racontent leur travail avec El Marto : un artiste franco-burkinabé

En classe, nous avons étudié plusieurs oeuvres de street-art puis, nous avons imaginé des esquisses de lettres rigolotes et nous avons travaillé sur les emblèmes de France et du Burkina Faso.

Nous avons interviewé El Marto et retranscrit ses propos.

Ensuite, sur le mur, El Marto a fait le contour des lettres à la craie.

Nous avons mis nos vieux tee-shirts et des bâches au sol pour  protéger.

Nous avons mélangé les pigments de couleurs avec une base blanche pour peindre de la bonne couleur. Les couleurs étaient indiquées sur la tablette de El Marto, il fallait les reproduire à l’acrylique.

Quand les élèves rencontrent l’artiste :

  • Monsieur El Marto, pouvez- vous vous présenter?
  • Pourquoi vous appelez-vous El Marto?

« En vrai, je m’appelle Grégory Dabilougou, mon père est Burkinabè, ma mère est Française. J’ai fait mes études à Besançon et cela fait maintenant dix ans que je suis installé à Ouagadougou. El Marto c’est mon « blaze » comme on dit dans mon domaine, c’est mon nom d’artiste, parce que je suis un peu fantaisiste (être”marteau”) et que j’aime la langue espagnole: El, c’est un mot espagnol et marto, c’est orthographié en espagnol, j’aime mélanger les cultures!. C’est important, le blaze, pour se faire connaître de façon” anonyme” ».

  • Quelle est votre œuvre la plus célèbre ?

« C’est la Tantie de la Liberté, pas loin du Capuccino, qui fait six mètres de haut. Elle date de 2016, pour rendre hommage aux burkinabè après l’insurrection populaire de 2014. Elle représente la paix et la liberté. »

Durant les deux premiers mois de l’année 2019, les 22 élèves de la classe de CE1-CE2 de l’école Saint-Exupéry ont crée une fresque dans la cour de récréation annexe avec l’aide d’El Marto, un artiste franco-burkinabè de «street art».

Il s’agissait de peindre la devise de la République Française en lettres rigolotes. Après des essais en classe, nous avons travaillé par groupe pendant 8 séances d’une heure et demie. El Marto a fait les finitions et nous avons ainsi pu voir comment il s’y prenait.

Notre œuvre a été inaugurée le jour de la Grande Lessive et du Printemps des Poètes des primaires.

Merci aux participants, à l’APE et à El Marto qui a été si talentueux, si gentil et patient !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *